Déclaration - Le temps est venu de remédier à la situation de l’aide à l’enfance sur les réserves

21 mars 2017 — Ottawa (Ontario) —La présidente de la Commission canadienne des droits de la personne, Marie-Claude Landry, a fait la déclaration suivante :

 « Demain, les audiences se poursuivront devant le Tribunal canadien des droits de la personne, au sujet de la plainte pour discrimination, déposée il y a maintenant dix ans par La Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations du Canada et l’Assemblée des Premières Nations, au sujet des services d’aide à l’enfance sur les réserves. On demandera au Tribunal de produire ses ordonnances finales dans cette cause, afin de fournir à toutes les parties des objectifs et des paramètres clairs en vue de la mise en œuvre de sa décision.

« Tout au long de ces délibérations et au cours de la dernière année, la Commission canadienne des droits de la personne a encouragé les parties à résoudre les enjeux de cette cause, entre eux, sans avoir recours au long processus des Tribunaux. La Commission a déployé des efforts sans précédent pour contribuer à la résolution de ce litige. L’engagement de la Commission au fil du long parcours de cette plainte démontre sa détermination à défendre l’intérêt public et à rendre imputables les entités à compétence fédérale lorsque des pratiques discriminatoires sont en cause, y compris le gouvernement fédéral.

« La Commission a présenté ses soumissions aux parties et au Tribunal et joint maintenant sa voix à celles de nombreux experts pour demander une solution immédiate conformément au Principe de Jordan et aux services de santé mentale pour les enfants des Premières Nations  vivant en Ontario. Ces soumissions sont présentées en ayant à cœur l’intérêt public, en tenant compte des besoins des victimes et du travail continu de toutes les parties  afin de remédier de façon réaliste et durable, à la situation des enfants et des familles qui font l’objet de la décision.

« Comme nous l’avons dit le mois dernier, un groupe très restreint est responsable de la mise en œuvre de la décision du Tribunal et de redresser le système de l’aide à l’enfance. Faisons-le ensemble. Le moment est venu. La Commission pourra considérer que les parties se dirigent dans la bonne voie seulement quand les enfants et leurs familles victimes de la discrimination du système actuel d’aide à l’enfance auront fait l’expérience de changements tangibles dans les services qu’ils reçoivent. »

Pour rester branché 

Suivez-nous sur Twitter (@DroitPersonneCa) et sur Facebook.
Visionnez nos clips sur YouTube

Coordonnées pour les médias 

Relations avec les médias
613-943-9118