Déclaration - Les efforts de relance économique et sociale du Canada doivent adopter une approche féministe

Le 30 avril 2020 – Ottawa (Ontario) – Commission canadienne des droits de la personne

Marie-Claude Landry, présidente de la Commission canadienne des droits de la personne et Karen Jensen, commissaire fédérale à l’équité salariale ont déclaré ce qui suit :

« La crise entourant la COVID-19 a impact disproportionné sur les femmes. Il y a un risque important que la pandémie anéantisse tous les progrès réalisés vers l’atteinte de l’égalité des sexes au Canada.

« Les femmes sont parmi celles les plus durement touchées par cette pandémie. Les barrières sociales et économiques ont été multipliées pour les femmes racialisées, les femmes autochtones, les femmes migrantes, les femmes ayant un faible revenu, les mères monoparentales, les femmes de la communauté LGBTQ2I+ ainsi que celles en situation d’handicap ou ayant des problèmes de santé mentale. La situation actuelle représente donc pour ces femmes un plus grand risque de perte d’emploi, de pauvreté, d’insécurité alimentaire, de perte de son logement et de violence conjugale.

« Un grand nombre des employées de première ligne qui sont appelées à servir et soutenir leur communauté sont des femmes. Certaines d’entre elles sont les moins bien rémunérées du pays. Ces emplois pourtant essentiels dans le système de santé, dans l’industrie de l’alimentation, de l’entretien ménager, du service à la clientèle et de la prestation de soins, ne permettent peu ou pas de prendre des congés de maladie ou de travailler à domicile. En raison de la nécessité de distanciation sociale et des mesures de quarantaine, de nombreuses femmes ont dû continuer à travailler tout en s'occupant de leurs enfants avec peu ou pas de soutien.

« Ces impacts disproportionnés peuvent avoir de lourdes conséquences à long terme. Si nous voulons redonner de l’élan aux efforts investis afin d’instaurer l’égalité des sexes au Canada, les efforts de relance sociale et économique doivent adopter une approche féministe. Il est primordial de combler l’écart salarial entre les sexes et d’améliorer les services sociaux pour les femmes en situation de vulnérabilité.

« Nous sommes tous et toutes dans cette situation ensemble. Alors que nous sortons de cette crise, le Canada doit développer une approche de relance qui favorise l’égalité des sexes et une société plus inclusive. Si les femmes peuvent s’épanouir et prospérer, la société sera plus prospère.

« Comme l’a dit le secrétaire général des Nations Unies António Guterres, nous devons placer les femmes et les filles au cœur de nos efforts de relance de la COVID-19. »

- 30 -

Liens connexes

Pour rester branché

Suivez-nous sur Twitter, Facebook et Instagram.
Visionnez nos clips sur YouTube.

Coordonnées pour les médias

Relation avec les médias
613-943-9118
communications@chrc-ccdp.gc.ca