Respecter la primauté du droit signifie respecter les droits issus des traités

22 octobre 2020 – Ottawa, Ontario – Commission canadienne des droits de la personne

Marie-Claude Landry, présidente de la Commission canadienne des droits de la personne, déclare ce qui suit :

La Commission canadienne des droits de la personne condamne la violence perpétrée envers les Sipekne’katik et les Mi’kmaq sur le territoire Mi’kma’ki, et suit de près la situation. Les menaces, les attaques, les agressions et la destruction de propriétés sont perturbantes et illustrent visuellement le racisme systémique et l’intolérance à l’égard des Autochtones qui persistent toujours.

Le Canada et les provinces doivent respecter la primauté du droit par l’application des droits ancestraux et des droits issus des traités, et assurer la sécurité des Mi’kmaq. Nous avons tous et toutes une responsabilité à faire progresser la réconciliation par le respect et la compréhension, et également par la dénonciation du racisme dans nos communautés.

La Commission reconnaît et appui les droits fondamentaux des Mi’kmaq de pêcher et de gagner un revenu raisonnable tels qu'ils sont inscrits dans les traités de paix et d’amitié et confirmés dans la décision Marshall. La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones confirme les droits des Mi’kmaq à maintenir, à développer et à assurer la gestion de leurs activités de pêche.

Les Autochtones ont le droit à l’autodétermination, à vivre exempts de violence et de discrimination, et ce, dans le respect de leur sécurité et de leur bien-être. La reconnaissance et le respect de ces droits nous rendent tous et toutes plus forts et nous permettront de bâtir un Canada meilleur et plus inclusif.

- 30 -

Pour rester branché

Suivez-nous sur Twitter, Facebook et Instagram.
Visionnez nos clips sur YouTube.

Coordonnées pour les médias

Relation avec les médias
613-943-9118
communications@chrc-ccdp.gc.ca