Les personnes qui la composent

La Commission mène ses activités partout au Canada grâce à moins de 200 employés.

Consultez cette section pour savoir qui sont les personnes qui la dirigent et ce qu'elles font.

Commissaires des Droits de la personne

Commissaire à l'accessibilité

Charlotte-Anne Malischewski

vice-présidente

Charlotte-Anne Malischewski a été nommée vice-présidente de la Commission canadienne des droits de la personne en octobre 2022. Elle apporte à ce rôle une vaste expérience des droits de la personne et du droit administratif, et est fermement engagée à construire une société plus juste et plus équitable.

Avant de se joindre à la Commission, Mme Malischewski a exercé, à Toronto, dans le domaine du contentieux civil, plus particulièrement en droit de la responsabilité civile et professionnelle, en droit administratif et en droit public.

Elle a représenté des personnes dans des litiges relatifs aux droits de la personne et au droit constitutionnel, a agi en tant qu’avocate de la poursuite et de la défense dans des procédures disciplinaires professionnelles, et a agi dans un grand nombre de litiges commerciaux.

Pendant qu'elle était en pratique privée, Mme Malischewski est restée dévouée aux causes de justice sociale en maintenant une pratique pro bono active. Elle a notamment agi comme représentante désignée des mineurs non accompagnés devant la Commission de l'immigration et du statut de réfugié, comme avocate d'un intervenant dans une importante affaire de protection de la vie privée devant la Cour suprême du Canada, et comme avocate dans une contestation constitutionnelle historique de la pratique de l'isolement cellulaire dans les prisons fédérales.

Mme Malischewski a agi à titre d’auxiliaire juridique à la Cour d'appel fédérale, a travaillé en droit pénal et en droit de la famille pour la Commission de l'aide juridique de Terre-Neuve et Labrador et a mené des recherches sur l’adoption d’approches fondées sur les droits de la personne dans le contexte de l'apatridie, pour le Calcutta Research Group, en Inde.

Ces expériences ont renforcé son dévouement aux questions relatives aux droits de la personne et à l’accès à la justice.

Elle est titulaire d'un baccalauréat ès arts spécialisé en études internationales et en musique du Collège Earlham, d’une maîtrise avec distinction en études sur les réfugiés et la migration forcée de l'Université d'Oxford, ainsi que d'un baccalauréat conjoint en droit civil et Common law (B.C.L/LL.B) de la Faculté de droit de l'Université McGill. Elle a été admise au Barreau de l’Ontario en 2016 et est membre l’Association du Barreau de l’Ontario.

Originaire de Terre-neuve, elle est aussi une violoneuse passionnée qui fait la promotion de la musique traditionnelle de cette province.

Dianna Scarth

Commissaire

Dianna Scarth a passé la majeure partie de sa carrière à promouvoir les droits de la personne et à s’occuper d’enjeux de discrimination et de harcèlement. Elle réside à Winnipeg, au Manitoba, où elle a obtenu un baccalauréat ès arts, une maîtrise en travail social et un baccalauréat en droit.

Au début de sa carrière, Mme Scarth a travaillé comme agente de probation, travailleuse sociale dans un centre de traitement pour adolescents et adolescentes, et formatrice-terrain d’étudiants en travail social. Ces expériences ont enraciné sa compréhension des enjeux de droits de la personne et de justice sociale et ont affermi sa motivation à œuvrer dans ces domaines.

Dianna Scarth a dirigé la Commission des droits de la personne du Manitoba de 1996 à 2012. Cette période a été marquée par la croissance et le changement, puisque les options de médiation ont alors été élargies, qu'une approche systémique de résolution des plaintes a été adoptée et que des programmes d'éducation pour les employeurs et les jeunes ont été créés sous la direction de Mme Scrath. Son leadership en tant que directrice générale de la Commission lui a valu un prix d’excellence du service remis par le gouvernement du Manitoba en 2008.

Après avoir quitté la Commission des droits de la personne du Manitoba, Mme Scarth a occupé divers postes, dont celui de professeure invitée au Global College et celui de responsable de la diversité et des droits de la personne à l'Université de Winnipeg, son alma mater.

En 2017, elle a été nommée au Conseil consultatif de l'accessibilité du Manitoba qui est chargé de formuler des recommandations au ministre concernant l'élaboration de normes en vertu de la Loi sur l'accessibilité pour les Manitobains.

Mme Scrath n'a jamais cessé d’aider sa communauté bénévolement, plus récemment comme conseillère de la direction du Legal Help Centre (centre d'aide juridique) de 2012 à 2017, notamment.

Mme Scarth a été nommée commissaire à temps partiel de la Commission canadienne des droits de la personne en juillet 2018.

Me Julie Lassonde

Commissaire à temps partiel

Julie Lassonde (elle/iel) est une avocate bilingue, membre du Barreau de l'Ontario et du Barreau du Québec, et une médiatrice accréditée. Elle est titulaire d'un baccalauréat en droit civil et en Common Law de l'Université McGill, ainsi que d'une maîtrise en droit comprenant des études interdisciplinaires en arts visuels de l'Université de Victoria.

Au cours des dernières années, Me Lassonde a mis sur pied une entreprise spécialisée dans le domaine de la justice sociale, en particulier dans les questions de harcèlement, de discrimination et de violence, dont la violence conjugale. Ses activités ont notamment touché la formation, la médiation dans les milieux de travail, les universités et les communautés, ainsi que des activités juridiques en droit de la famille, principalement dans les secteurs public et à but non lucratif.

De 2018 à 2020, iel a été membre à temps partiel de la Commission d'indemnisation des victimes d'actes criminels de l’Ontario. Iel a aussi fait partie de plusieurs comités et conseils d’administration dont l'Association des juristes d'expression française de l'Ontario (AJEFO). Iel a également dirigé un projet de recherche en droit de la famille à la Commission du droit de l'Ontario, et géré la construction de la première maison d'hébergement pour femmes francophones à Toronto.

Me Lassonde est une passionnée d'art. Elle a reçu le prix « Innovative Electronic Theses & Dissertations Award » pour sa thèse de maîtrise interdisciplinaire intitulée « Performant le droit » qui combinait les domaines du droit et de l'art performance, complétée à l'Université de Victoria.

Valerie Richer

Commissaire à temps partiel

Valerie Richer est avocate, médiatrice et ancienne cheffe de la Première Nation Atikameksheng Anishnawbek.

Madame Richer a consacré sa carrière à œuvrer dans le domaine des droits de la personne et de la justice sociale. Elle a été conseillère juridique à la Commission des revendications des Indiens, ainsi qu'à la Commission canadienne des droits de la personne, en plus d'avoir été membre du Tribunal des droits de la personne de l'Ontario.

Madame Richer a également occupé le poste de conseillère stratégique auprès du chef national de l'Assemblée des Premières Nations (APN). Elle a travaillé en étroite collaboration avec les intervenants et les gouvernements des Premières nations lorsqu'ils ont intégré la Loi canadienne sur les droits de la personne à la suite de l'abrogation de l'article 67 de la Loi.

Elle est diplômée de la Faculté de droit de l'Université d'Ottawa et titulaire d'un baccalauréat ès arts de l'Université Laurentienne. Elle est actuellement membre de l'Indigenous Bar Association et du Barreau de l'Ontario.

En tant que membre à temps partiel de la Commission canadienne des droits de la personne, madame Richer fait partie de l'équipe de commissaires qui rendent des décisions sur la façon de traiter les plaintes relatives aux droits de la personne qui relèvent de la compétence fédérale.

Michael Gottheil

Commissaire à l'accessibilité

Michael Gottheil est le premier commissaire à l'accessibilité du Canada, nommé en vertu de la Loi sur l'accessibilité du Canada.

M. Gottheil possède de nombreuses années d'expérience en leadership dans le secteur de la justice administrative, ayant déjà été chef de la Commission et des tribunaux de la Commission des droits de la personne de l'Alberta, président du Tribunal des droits de la personne de l'Ontario et président exécutif du Tribunal ontarien de l'aménagement et des Tribunaux de justice sociale de l'Ontario. Diplômé de la Osgoode Hall Law School, il a également pratiqué le droit du travail, de l'emploi et des droits de la personne pendant près de 20 ans. Il présente fréquemment lors de conférences et de séminaires et a beaucoup écrit sur les droits de la personne, l'accessibilité et l'inclusion, le droit administratif, la conception institutionnelle et les modèles alternatifs de résolution de conflits.

M. Gottheil est un arbitre et un médiateur expérimenté. Il a contribué au riche corpus de jurisprudence en matière de droits de la personne et de droit administratif au Canada. Il a également résolu avec succès des affaires complexes et multipartites dans les secteurs privé, public et parapublic. Les divers rôles de cadre supérieur qu'il a occupés dans le secteur public lui ont permis d'acquérir une connaissance approfondie des défis et des possibilités de résolution créative de différends portant sur d'importantes questions de politique publique.

M. Gottheil s'engage à favoriser la collaboration entre le gouvernement, le secteur privé, les organisations communautaires et la société civile dans son ensemble. Il cherche toujours à trouver des possibilités de changement pratique et positif entre divers intérêts. M. Gottheil comprend que nous avons tous des responsabilités juridiques et civiques, ainsi qu'une obligation morale de rendre la justice accessible et significative pour ceux qui en ont le plus besoin.

En tant que personne handicapée, M. Gottheil a toujours été prêt à partager ses expériences et à s'intéresser aux différences, aux défis et aux idées des autres. Il croit fermement qu'en écoutant et en entendant des perspectives diverses, nous devenons tous plus forts, individuellement et en tant que communauté.

Date modifiée :